•  
  •  
Origine

La kinésiologie, étude du mouvement, du grec kinêsis « mouvement », est née au XX ème siècle aux Etats-Unis.
Issue de la chiropractie, de l’ostéopathie et de la médecine traditionnelle chinoise, elle prend appui sur des savoirs très anciens tout en bénéficiant des progrès scientifiques récents.

Depuis ses débuts, cette nouvelle science a connu différentes étapes dans son évolution. Toutes ont participé à considérer l’énergie vitale comme la clef de l’être humain dans sa recherche d’équilibre sur les plans physique, mental et émotionnel. La kinésiologie a pour objectif de permettre à chacun d’atteindre un état de bien-être. 

Historique 

Quelques dates qui ont marqué l’évolution de la kinésiologie :

• Dès les années 30  
Des études sont menées par des chercheurs sur la correspondance entre des points réflexes et les fonctions organiques (Dr Chapman, ostéopathe et Dr Benett, chiropracteur). 

• Dans les années 60  
Le Dr George Goodheart, chiropracteur, met en évidence la relation directe entre la faiblesse musculaire et l’état de stress. Il met au point un test musculaire qualitatif (le test musculaire kinésiologique) qui sert de feed back pour évaluer l’intégrité énergétique des différents systèmes. Cela le conduit à s’intéresser de près à la médecine chinoise. Il démontre les liens entre les muscles, les organes et les méridiens d’acupuncture (1966). 
De ces travaux naît la Kinésiologie Appliquée. 

• Dans les années 70  
Une diffusion large de la kinésiologie s’effectue grâce à la méthode originale du 
Dr John Thie, le Touch for Health ou Santé par le Toucher. Cet outil d’harmonisation et de prévention connaît très vite un énorme succès dans plus de 80 pays.
Le Dr Paul Dennison, professionnel de l’éducation, travaille plus spécifiquement sur les problèmes d’apprentissage au travers de la coordination cérébrale. Il met au point l’Edu-Kinesthésie et crée la méthode Brain Gym qui stimule la fonction cérébrale intégrée. 

• Dans les années 80 
De nombreux chercheurs poursuivent les avancées de la kinésiologie en prenant en compte les nouvelles connaissances scientifiques, notamment en physique, biologie et neurologie.
Notons les travaux du Dr Gordon Stockes avec le One Brain.